Passage

Passage

A bachelor project by ChiYong Lim, Gracia Goh and Kate Vermeyen in Kansei design

(Extrait de mon HDR)

Passage est un projet réalisé en 2012 par Gracia Goh, Chiyong Lim, et Kate Vermeyen à l’Université de Technologie d’Eindhoven. Ces étudiants en design ont réalisé un projet basé sur la contexture kansei précédemment présentée. Passage s’intéresse au lieu de transition entre deux espaces physiques, c’est-à-dire à leur entre-espace. L’énoncé du projet invite les étudiant à réaliser un design pour l’entre-espace en évitant d’influencer l’expérience de l’un des deux espaces. Cet énoncé semble a priori phénoménologiquement incohérent, puisque l’expérience d’une chose extérieure à soi a nécessairement lieu dans un espace et demande de plus que l’attention de l’utilisateur soit dirigée au moins partiellement vers cette chose. Or non seulement l’entre-espace ne semble pas être un espace (mais plutôt une surface), et l’attention d’une personne passant une porte est le plus souvent dirigée vers l’espace dans lequel elle compte se rendre.

Après de multiples itérations incluant des fabrications de prototypes, des essais en situation, des réflexions basées sur la contexture kansei, etc., un remarquable design a progressivement pris forme. Passage est une installation montée sur le cadre d’une porte. Cette installation est composée d’une ligne de diodes électroluminescentes (LEDs RGB) projetée sur une feuille d’aluminium fine qui réfléchit la lumière en direction de la porte une fois entrouverte. Les diodes changent très lentement la couleur émise. La feuille d’aluminium ondule en fonction de la manière dont la porte est ouverte : une ouverture franche créera bien plus de turbulences qu’une ouverture lente. L’impression lumineuse projetée sur la porte est donc unique à chaque ouverture et à chaque fermeture.

Ce qui est remarquable dans ce design est que la projection lumineuse n’est pas visible par le passant lorsque la porte est complètement fermée ou franchement ouverte, si bien que l’interaction n’a lieu que dans l’action de l’ouverture de la porte. L’expérience commence dès que l’on commence à ouvrir la porte et finit avant que l’on ait fini de l’ouvrir. Non seulement l’installation se trouve (quasiment) localisée dans cet entre-espace, mais l’expérience est également localisée dans cet entre-espace : elle n’interfère quasiment pas avec l’intentionnalité du passant de passer dans l’espace suivant. L’objectif du design est ainsi atteint.

Outre certains descripteurs kansei « classiques », tels que le grain, l’interaction lumière-ombre ou la sensation d’une invitation à apprécier cet entre-espace, des descripteurs kansei spécifiques à ce projet ont été établis : l’instantanéité et l’insaisissable, et plus encore leur couple. Ce qui est remarquable est que cette expérience est prenante du point de vue de son expression, engageante par le geste, et que son intensité vient du fait qu’elle est très courte, inéluctable, et insaisissable : en un instant elle nous engage puis nous libère, sans qu’on puisse vraiment y échapper, ni en faire quoi que ce soit. Là est la beauté de ce design.

(Excerpt from my Habilitation)

Passage is a project carried out in 2012 by Gracia Goh, Chiyong Lim, and Kate Vermeyen at the Eindhoven University of Technology. These design students carried out a project based on the kansei context previously presented. Passage focuses on the place of transition between two physical spaces, i.e. their inter-space. The project statement invites students to create a design for the inter-space without influencing the experience of either space. This statement seems a priori phenomenologically incoherent, since the experience of something external to oneself necessarily takes place in a space and requires that the user’s attention be directed at least partially towards this thing. Yet, not only does the inter-space not seem to be a space (but rather a surface), and the attention of a person passing through a door is most often directed towards the space in which they intend to travel.

After multiple iterations including prototype production, situation tests, reflections based on the Kansei context, etc., a remarkable design has gradually taken shape. Passage is an installation mounted on the frame of a door. This installation consists of a line of light-emitting diodes (RGB LEDs) projected on a thin aluminium foil that reflects light back towards the door once it is ajar. The diodes very slowly change the emitted color. The aluminium foil undulates depending on how the door is opened: a quick opening will create much more turbulence than a slow opening. The light impression projected on the door is therefore unique with each opening and closing.

What is remarkable about this design is that the light projection is not visible to the passer-by when the door is fully closed or open, so that interaction only takes place in the action of the door opening. The experience begins as soon as you start opening the door and ends before you finish opening it. Not only is the installation (almost) located in this inter-space, but the experience is also located in this inter-space: it almost does not interfere with the passer-by’s intentionality to pass into the next space. The design objective is thus achieved.

In addition to certain “classical” kansei descriptors, such as the grain, the light-shade interaction or the feeling of an invitation to appreciate this inter-space, kansei descriptors specific to this project have been established: instantaneity and the elusive, and even more so their couple. What is remarkable is that this experience is engaging from the point of view of its expression, engaging by the gesture, and that its intensity comes from the fact that it is very short, unavoidable, and elusive: in an instant it engages us then liberates us, without us being able to really escape it, or do anything about it. That is the beauty of this design.


Making the world through kansei: 3 Approaches

Lévy, P. (2012). Making the world through kansei: 3 Approaches, presented at Tokyo Institute of Technology, Tokyo, Japan. March 16th, 2012.

symposium page